tumblr static 4zx74xsrsb0oco8kgso0kw88w-1.png







 Troisième planche





       Roberto continue son travail décriture.


Le clavier de lordinateur :

       Clic, clic, clic…


h


       Ce jaune-là, Honburg ne l’avait jamais vu dans le ciel. Le ciel allait du noir au blanc, sans ordonnance particulière, en passant par les rouges et les jaunes, ou par les verts et les bleus et quand le ciel passait par les jaunes ou les verts, ce n’étaient que des lueurs localisées, souvent éphémères, comme des éclairs. Ce jaune-là était insistant et recouvrait toute la voûte céleste d’une égale clarté ; il asphyxiait les ombres et traversait la matière de part en part.


h


        La partie droite de la planche est un plan moyen du grand sportif.


h


         Je consacre énormément de temps à la lecture. Je lis toutes sortes de choses et le plus souvent plusieurs textes en même temps. Il est possible que la phrase en question puisse apparaître au cours de ces lectures. Et si elle n’apparaît pas, il faut la chercher ailleurs, partout et nulle part.


h


    La vieille dame est assise sur une balançoire.


     Où êtes-vous donc ? Il fait si froid ici.


h


     « Non ! hurla alors la fleur, qui voyait de trop près sa fin arriver. Je t’en supplie, ne me mange pas ! Je ne suis encore qu’un bouton, si menu et trop vert… Regarde tout près de moi, nombre de mes congénères sont d’aspect bien plus appétissant et tu ne te fatigueras pas à sautiller jusqu’à celle-là. »


h


« Du sel, du poivre, de la farine, du persil, du beurre… Du beurre nom de bleu !… Du vin blanc et du jus de citron. »


h


Elle y retourna malgré tout clandestinement avec son petit frère d’abord : il ne poussait pas assez fort ; puis avec une camarade d’école : celle-ci ne prenait pas l’entreprise suffisamment au sérieux et préférait jouer au cirque en singeant les acrobates.


h


     Nous avons également pris la mesure que la vie n’était sans doute pas le résultat d’une force spécifique ni d’une substance aussi mystérieuse que surnaturelle. La vie ne semble être qu’une organisation particulièrement inventive de la matière, mais elle ne peut échapper aux lois de la physique. Le but d’un organisme vivant est donc d’occuper le plus de place possible. L’une des méthodes, très astucieuse, pour occuper le plus de place possible est de se reproduire.


h


     Deuxième vignette.

     Roberto continue son travail d’écriture.


h


     Au chevet du père, le fils écoute encore. 

     C’est d’abord un coin de misère celui-là et à cette heure, oublié de tous, non loin de la civilisation pourtant, il suffit de traverser une rue pour regarder passer les enfants qui vont à l’école. Et la guerre est partout. Elle est devant, elle est derrière. Elle est sur terre et dans le ciel. Elle est passé et futur.


h


3. Les aquoibonistes


h


     Je ne me souviens plus comment je m’étais retrouvé là, un soir de juillet, chez ce chirurgien. Je me souviens que mon éditrice était aussi présente. C’est peut-être elle qui m’avait introduit. Le chirurgien se montrait très fier de pouvoir offrir ce repas hors du commun à ses invités. Je ne me souviens pas du menu, mais tout le monde poussait des ah et des oh d’admiration. C’était une soirée un peu branchée. La cuisine d’Aï était branchée. Je crois que le dessert était à base d’aubergine.


h


     Mais Sandrine ne parle plus. Elle attend la réponse. Je lui demande de reformuler la question. Sandrine et la transparence.


h


     Enfant, Madeleine avait fait ce rêve : elle était assise sur une balançoire et son grand-père la poussait dans le dos. « Plus fort ! criait-elle, encore plus fort ! » Son grand-père répondait : « Mais si je pousse trop fort, tu vas finir par t’envoler !

     – Oui, je veux m’envoler, je veux m’envoler ! » criait Madeleine.


h


     L’enquête sur les causes de l’échec de la mission Tharsis One est close. Les détails de l’enquête et ses conclusions seront rendus publics le 7 octobre prochain. Les preuves d’une défaillance grave et généralisée des fonctions de base du système de communication et de l’analyseur de données ont pu être apportées. Par ailleurs, l’équipage n’a pas su évaluer la situation avec adéquation. Il s’est laissé gagner par le stress et n’a pas respecté les procédures obligatoires de contrôles, de sécurités et d’urgences. Il a accumulé les erreurs de discernement et ainsi fortement aggravé la situation. L’équilibre hiérarchique au sein de l’équipage s’est ensuite fatalement dégradé, entraînant d’abord une interaction anarchique, puis un climat de psychose.


h


Première planche





     Une vieille dame est assise dans un fauteuil.


     Rien à la télévision et rien à la fenêtre.


h


     Et si, formulé naïvement, nous avancions l’hypothèse que les forces primordiales de l’univers, la gravitationnelle, l’électromagnétique et la nucléaire, n’étaient que la conséquence d’une logique aussi implacable que terrifiante et à laquelle rien ni personne ne peut échapper, je dirais : le réflexe-territoire ?


h


     C’est avec ces mots qu’Anaclet escha au ver de terreau : « Quand Brigitte dit qu’il faudrait une fois pour voir les faire cuire à la vapeur sur un lit de courgettes, puis les relever d’un filet d’huile d’olive et d’une pincée d’herbes de Provence, je réponds niet, pas de Betty, ni de Bossi et encore moins de cuisine légère… J’t’en foutrais moi d’la vapeur, d’la papillote et autres fumisteries du même acabit !… La cuisine légère, c’est de l’invention de bureaucrates ! »


h


        Ils sont quinze. Ils vivent au fond d’une grotte. Ils sont nus. Ils se nourrissent de racines, de fruits, d’insectes, de reptiles, d’oiseaux et de petits mammifères. Ils boivent à la source qui jaillit au fond de la grotte. Ils entretiennent un feu à l’entrée de la grotte. Ils ont peur de l’extérieur et ne s’enfoncent jamais trop loin dans la forêt qui entoure la grotte.


h


     Monsieur le Premier Citoyen,


     Je n’étais pas encore très intéressé par la politique lors de la dernière campagne électorale, mais j’ai le souvenir qu’il n’était question que de vous à la maison. Mes parents vous trouvaient sensationnel et ils vous ont accordé leurs votes. Ils vous trouvaient sensationnel, car vous promettiez beaucoup de belles choses. Et quand je demandais à mes parents la raison pour laquelle ils se réjouissaient si fort de votre élection, ils me répondaient que les belles choses que vous aviez promises allaient rendre la vie meilleure pour tous les citoyens. J’imaginais alors qu’un monde merveilleux allait venir, sans trop bien savoir exactement ce que pouvait bien être un monde merveilleux. Il était en tout cas question de paix, de solidarité et de justice.


h


     L’oiseau lâcha prise et regarda ailleurs, tout en se mettant à chanter : « J’ai faim, j’ai faim, j’ai faim. Je mangerais bien d’abord quelques graines de tournesol…













  Tous les textes bénéficient d’une protection par dépôt légal.
© Germano Zullo 2015 – 2018